banner_orange.jpg
Accueil > L'herbier de Mayotte
L'herbier de Mayotte PDF Imprimer

L'herbier de la flore de Mayotte

L’herbier de Mayotte a été créé en 1992 par la Direction de l’Agriculture et de la Forêt de Mayotte (DAF). Il est géré depuis 2008 par le Conservatoire Botanique National de Mascarin (CBNM) à Coconi.

C’est est une référence scientifique régionale qu’il convient de conserver et de valoriser. Il contient actuellement plus de 3200 échantillons représentant environ 1000 espèces présentes à Mayotte. Depuis peu, des échantillons récoltés dans les autres îles des Comores y sont également déposés (Mission Grande Comore 2006 et Anjouan 2009) . Il est régulièrement enrichi de nouveaux spécimens.

Cette collection est la plus importante pour l’Océan Indien après celles d’Antananarivo et de l’Université de La Réunion. L’équipe est en contact régulier avec plusieurs institutions scientifiques reconnues au plan international (P, K, G, MO…).

 

Historique d’une structure locale

- Les premiers échantillons (environ 200) déposés à Coconi sont ceux de Sylvain Ménager (VAT, 1992-1993) qui a travaillé sans correspondant scientifique et dont les récoltes s’intéressaient surtout aux espèces ligneuses cultivées.

- En 1995 Olivier Pascal (Contractuel, chef du bureau d’études environnement du SEF, 1995-1998), en étroite collaboration avec le Laboratoire de Phanérogamie du MNHN, a rassemblé une importante collection (environ 1000) de végétaux ligneux de Mayotte.

- Depuis 2000, la collaboration avec le MNHN s’est poursuivie et plus de 2000 échantillons ont été classés.

 

Un réseau à l’échelle de la planète

Depuis 2000, tous les botanistes ayant effectué des missions de prospection à Mayotte (P, K, Conservatoire Botanique National de Mascarin CBNM et inventaire des bryophytes…) ont laissé des doubles de toutes leurs récoltes.

Toutes les récoltes effectuées par Olivier Pascal et Fabien Barthelat sont dupliquées dans quatre herbiers mondiaux (P, K, MO, G).

Cette mutualité de travail, via des échanges de matériel et l’accueil de missions scientifiques, est nécessaire. Elle permet de valoriser le travail de propection mené dans le cadre de l’inventaire du patrimoine naturel et contribue au rayonnement de Mayotte dont le patrimoine naturel terrestre n’avait jamais bénéficié, à tort, de l’intérêt de la communauté scientifique qu’il mérite pourtant.

 

Aujourd’hui

Au premier semestre 2010, l’herbier prend place dans les batiments du CBNM à Coconi (voir ci-dessous) où un local plus spacieux et plus adapté à la conservation des échantillons est en cours d’aménagement.

Herbier

La congélation des spécimens au moins 1 fois par an est systématique depuis 2008  et la mise aux normes des planches de collage et des pochettes de stockage a été entreprise.

L’informatisation complète de l’herbier est également projetée à court terme.